Autophagie, Langlebigkeit und gesundes Altern
Cart
Checkout Secure

Coupon Code: FT68LD435 Copy Code

Autophagie pour la longévité et la santé à long terme

By Max Cerquetti juin 07, 2020

Qu’est-ce que l’autophagie ?

Le terme « autophagie » n’a pas été choisi au hasard et se traduit par « se manger soi-même ». L'autophagie est un processus catabolique qui décompose les composants des cellules de votre corps afin de les utiliser dans la création de nouvelles cellules. Il s'agit d'un mécanisme de recyclage appelé homéostasie.

 

Le cytoplasme est une substance « gélatineuse » située à l’extérieur du noyau de la cellule. Lorsque l’autophagie se produit, le cytoplasme et les minuscules structures aux fonctions uniques, appelées organites, sont retirés de la cellule et recyclés. Ce processus est vital et maintient l’équilibre de votre corps, car il élimine les cellules qui ne fonctionnent plus correctement. Il existe plusieurs maladies (notamment les troubles neurodégénératifs), comme la maladie de Parkinson, connues pour perturber le processus d'autophagie.

 

Comment ça marche? 

L'autophagie s'installe lorsqu'une cellule ne reçoit pas suffisamment de nutriments. Il y a quatre étapes au cours du processus d’autophagie :

 

1. Séquestration

 

Au cours de cette étape, le phagophore (une double membrane) se déplace autour du cytoplasme et des organites jusqu'à ce qu'ils soient complètement enfermés. Le phagophore se transforme alors en un organite appelé autophagosome.

 

2. Fusion

 

L'autophagosome ne peut pas s'attacher directement à un lysosome. Il commence donc à fusionner avec une structure appelée endosome. Lorsqu’un autophagosome fusionne avec un endosome, on parle d’amphisome. Un amphisome a la capacité de fusionner avec un lysosome.

 

3. Dégradation

 

Une fois que l'amphisome a fusionné avec le lysosome, la dégradation commence à se produire : le lysosome libère des hydrolases (un type d'enzyme) qui dégradent les matériaux précédemment enfermés dans l'autophagosome.  La structure contenant le matériel cellulaire désormais dégradé est appelée autophagolysosome ou autolysosome.

 

4. Réutilisation

 

Une fois que les matériaux cellulaires ont été entièrement dégradés, convertis en acides aminés et exportés de l’autophagolysosome directement dans les fluides cellulaires, ces acides aminés peuvent désormais être réutilisés par de nouvelles cellules.

 

Les acides aminés décomposés sont utilisés dans le cycle du TCA (communément appelé cycle de l'acide citrique). Il s’agit d’une chaîne de réactions chimiques qui joue un rôle central dans la respiration cellulaire. NAD+, l'un de nos suppléments les plus vendus, joue un rôle essentiel dans la plupart des réactions du cycle du TCA.


Les différents types d'autophagie 

 

Il existe trois types similaires d’autophagie avec des caractéristiques distinctes :

 

1. Macroautophagie

Il s’agit du processus général d’autophagie, comme indiqué ci-dessus.

 

2. Microautophagie
Ce processus engloutit et dégrade également différentes structures cellulaires ; cependant, il n'utilise pas de phagophore pendant le processus de séquestration. Au lieu de cela, un lysosome aspire le contenu cellulaire et commence à engloutir la matière autour de sa membrane. Le contenu est ensuite décomposé en acides aminés qui peuvent être recyclés.

 

3. Autophagie médiée par un chaperon
Il s’agit d’un processus d’autophagie sélective, où les protéines sont ciblées afin d’être dégradées. Les protéines dites chaperons aident à la translocation des protéines dégradables le long des membranes des lysosomes.

 

Anti-âge et longévité

L'autophagie est une réponse au stress (le stress étant la famine cellulaire) qui rajeunit les cellules et les amène à devenir plus conservatrices dans leur consommation d'énergie et plus résilientes aux dommages. La recherche a montré que l'activation de l'autophagie supprime l'accumulation de structures cellulaires corrompues associée à l'âge et améliore considérablement l'efficacité métabolique des cellules ciblées.[i]

 

L'autophagie peut également être déclenchée pour éliminer les mitochondries défectueuses qui produisent de nombreuses ROS (espèces réactives de l'oxygène) nocives, qui contribuent à la dégradation cellulaire.  Ce processus est connu sous le nom de mitophagie.[ii

 

Il a également été prouvé que l’autophagie prolonge la durée de vie des souris.[iii]

 

Autres avantages de l'autophagie

L'autophagie présente non seulement des avantages anti-âge, mais peut également jouer un rôle clé dans la prévention des maladies liées à l'âge. L'autophagie élimine les protéines toxiques connues pour contribuer au développement de troubles neurodégénératifs, tels que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson.

 

De nombreuses cellules, qui ne fonctionnent plus, peuvent être nocives en mutant et en se multipliant, ce qui constitue la base de la propagation de tous les types de cancer. L'autophagie empêche les cellules défectueuses de se multiplier en décomposant les structures corrompues de la cellule en acides aminés. Ainsi, de nombreux professionnels de la santé estiment que l’autophagie joue un rôle essentiel dans la prévention et le traitement du cancer. Le corps détecte ce qui ne va pas, le détruit et effectue un « travail de réparation », augmentant ainsi la stabilité génomique. Bien qu'il n'existe aucune preuve scientifique concrète pour étayer cette hypothèse, les résultats d'une étude fournissent des indications supplémentaires à l'appui de cette théorie.[iv]

Voici un bref résumé de tous les bienfaits connus ou présumés de l’autophagie :

  • Régule les mitochondries des cellules, améliorant ainsi la production d'énergie de l'organisme. 
  • Il protège le système immunitaire et le système nerveux.
  • Prévient le stress métabolique.
  • On pense qu’il protège contre les maladies cardiaques et le déclin cognitif, car il favorise la croissance de nouvelles cellules, en particulier celles du cerveau et du cœur.
  • Prévient les maladies inflammatoires comme celle de Krohn, car il restaure la muqueuse intestinale, améliorant ainsi la fonction digestive.
  • Protège nos gènes, car il stabilise notre ADN.
  • Peut prévenir et traiter tous les types de cancer, car il est considéré comme un véritable suppresseur de tumeur.
  • Est connu pour ralentir le vieillissement en rajeunissant notre corps avec de nouvelles cellules sans augmenter la demande énergétique.

 

Façons d’induire l’autophagie
 

Avec autant de bienfaits époustouflants pour la santé qui vont bien au-delà de l’anti-âge, vous vous demandez peut-être comment déclencher l’autophagie dans votre corps. Comme mentionné, l'autophagie est une réponse au stress. Ainsi, un stress léger, qui ne nuit pas de manière significative à notre organisme, peut être bénéfique en activant l’autophagie. De nombreuses études ont permis d’identifier plusieurs mesures que vous pouvez prendre au quotidien afin d’induire l’autophagie. Notamment:

 

1. Alimentation

  • Le resvératrol aurait un effet induisant l’autophagie. [v]
  • Le ptérostillbène, un autre polyphénol étroitement lié au resvératrol, bien que beaucoup plus puissant et biodisponible, s'est également avéré induire l'autophagie. [vi] En savoir plus sur les bienfaits du ptérostilbène pour la santé.
  • Une étude sur des souris a non seulement prouvé que la curcumine peut inverser les dommages causés par l’arthrose, mais peut également activer l’autophagie. [vii]
  • Tout comme la curcumine du curcuma, le 6-Shogoal du gingembre induit également l'autophagie.[viii] 
  • Il a également été démontré que l'ingrédient actif de la cannelle déclenche l'autophagie.[ix]
  • Il a été prouvé que le café augmente l’autophagie chez la souris. [x]
  • … Tout comme un ingrédient actif du thé vert, mais à une dose équivalente à dix tasses de thé vert par jour. [xi]

2. Exercice

  • Il a été démontré que l'exercice induisait l'autophagie des muscles périphériques et des tissus cérébraux chez la souris.[xii]
    Parallèlement, une autre étude suggère que l'exercice physique pourrait déclencher l'autophagie dans les organes participant au processus de régulation métabolique. (c'est-à-dire le foie, les glandes surrénales, la thyroïde, etc.) [xiii]. Ainsi, outre tous les autres bienfaits inestimables de l'exercice cardiovasculaire pour la santé, c'est également un excellent moyen de soumettre vos cellules à un stress « sain » et de les exposer. les à l'autophagie.

3. Jeûne intermittent et restrictions caloriques

  • Le jeûne présente de nombreux avantages, tels que la diminution des niveaux d'inflammation , l'amélioration des fonctions cérébrales [xiv] et l'augmentation de la sécrétion de HGH (hormone de croissance humaine) [xv]. Ces bénéfices pourraient être possibles, non pas directement grâce au jeûne, mais comme effet secondaire de l’autophagie. Un autre modèle de souris a prouvé que l'autophagie pouvait également être induite par le jeûne intermittent et la restriction de l'apport calorique [xvi]. Ainsi, un jeûne fréquent et à court terme peut être une méthode viable pour lutter contre les troubles neurologiques et la croissance du cancer [xvii].

4. Un sommeil suffisant

  • L'autophagie est également déclenchée pendant le sommeil. Le rythme circadien, que nous avons largement abordé auparavant et qui est lui-même directement lié à l'anti-âge, contrôle notre cycle de sommeil et est directement lié à l'autophagie [xviii]. Une autre étude a conclu que le manque de sommeil paradoxal (Rapid Eye Movement) peut affecter négativement l'autophagie des neurones, entraînant une altération de la fonction cérébrale [xix]. Un modèle de souris a également démontré que la perturbation du sommeil des souris perturbait également la transmission de leurs protéines d'autophagie [xx].

 

Les références:

 

[i] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25654554

[ii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24079773

[iii] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23939249/

[iv] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4388596/

[v] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25068516

[vi] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1021949816301855

[vii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6028754/

 

[viii] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19799425

 

[ix] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5855773/

[x] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24769862

[xi] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24489859

[xii] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22892563/

[xiii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3463459/

[xiv] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23755298

[xv] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8719443

 

[xvi] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27411589/

 

[xvii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20534972 

 

[xviii] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3389582/

 

[xix] https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1389945719301522

 

[xx] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27078501


Article plus ancien Article plus récent


0 commentaires


laissez un commentaire

Attention, les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

Ajouté au panier !
Dépensez x $ pour débloquer la livraison gratuite Livraison gratuite pour toute commande supérieure à XX Vous êtes qualifié pour la livraison gratuite Dépensez x $ pour débloquer la livraison gratuite Vous avez obtenu la livraison gratuite Livraison gratuite pour plus de x $ à Livraison gratuite à partir de x $ à You Have Achieved Free Shipping Livraison gratuite pour toute commande supérieure à XX Vous êtes qualifié pour la livraison gratuite